TRACTO MARCHÉ avec la MÉTÉO PLEIN CHAMP-TRACTO MARCHÉ le spécialiste en AFFAIRES AGRICOLES-TRACTO MARCHÉ avec ses propriétés rurales-TRACTOMARCHE géré par un expert-TRACTOMARCHE :TOUT LE MATERIEL AGRICOLE
header_deposer_annonce
Français English
» MOISSONNEUSE BATTEUSE-TRACTOMARCHÉ.COM
Exporter en pdf  Exporter en pdf
MOISSONNEUSE BATTEUSE-TRACTOMARCHÉ.COM

Moissonneuse-batteuse

 
 

Une moissonneuse-batteuse est une machine agricole automotrice destinée à la récolte de plantes à graines, principalement les céréales, en une seule opération. Elle permet de réaliser simultanément la moisson et le battage (opérations auparavant dissociées), permettant ainsi un important gain de productivité et une plus grande réactivité face aux aléas climatiques. La puissance de ces machines est de plus en plus importante : 100 à 180 CV en 1980, 200 à 580 CV actuellement.

Les moissonneuses-batteuses sont actuellement automotrices, les premières machines apparues sur le marché étaient déplacées par un tracteur et actionnées par la prise de force.

 

Schéma de fonctionnement d'une moissonneuse batteuse conventionnelle

Schéma d'une moissonneuse-batteuse conventionnelle
Légende
1rabatteur à griffes11grille supérieure
2barre de coupe12grille inférieure
3vis d’alimentation13vis à otons
4convoyeur14recyclage des otons
5récupérateur de pierres15vis à grains
6batteur16trémie à grains
7contre-batteur17broyeur paille
8secoueurs18cabine de conduite
9table à grains19moteur
10ventilateur20vis de déchargement21tire-paille

 

 
 
 

Une moissonneuse-batteuse conventionnelle comprend schématiquement :

  • des organes de coupe :
    • barre de coupe pour céréales ou colza (pour ce dernier muni d'une scie verticale à droite ou à gauche ou des deux côtés. De plus, la barre de coupe peut être munie d'une rallonge de tablier permettant de réduire les pertes de grain lors de l'égrènement de ce dernier lors de la coupe) ;
    • cueilleurs à maïs grain ;
    • convoyeur ;
  • des organes de battage :
    • accélérateur de flux ;
    • batteur ou rotor ;
    • contre-batteur
    • tire paille ;
    • secoueur (4 à 6) ;
    • twin-flow (spécifique à une marque) ;
  • des organes de nettoyage du grain :
    • table à grains ;
    • soufflerie ;
  • des organes de stockage du grain :
    • trémie à grains ;
  • des organes de traitement de la paille :
    • broyeur de chaumes sous coupe ;
    • éparpilleurs de menue paille ;
    • hache-paille.

Les machines les plus récentes sont équipées de divers perfectionnements : cabines climatisées, systèmes de contrôle divers (horizontalité de la barre de coupe, correction de dévers, semoir pour couverts végétaux...), systèmes de guidage divers, y compris localisation par satellite, systèmes de mesures des quantités récoltées...

On distingue aujourd'hui deux familles de moissonneuses-batteuses, différenciées par leur système de séparation des grains :

  • les machines dites « conventionnelles » utilisent des secoueurs ;
  • les machines dites « non conventionnelles » utilisent divers systèmes, à base de rotors.

Ce sont des machines coûteuses (de 100 000 à plus de 500 000 euros neuves) et d'une utilisation ponctuelle mais intensive. De ce fait, elles sont souvent exploitées par des coopératives, des groupements d'agriculteurs (CUMA) ou des entrepreneurs spécialisés ( ETA ).

Histoire

 

C'est l'américain Cyrus McCormick qui obtint le brevet de la moissonneuse mécanique, en 1834. Un autre américain, Hiram Moore obtint le brevet de la moissonneuse-batteuse la même année. En 1866, Célestin Gérard construit la première batteuse mobile de France1. La première moissonneuse batteuse a été construite par Claas

Moissonneuses-batteuses et environnement

L'apparition du matériel agricole lourd découle d'une série de progrès techniques. Ceux-ci ont été permis par le charbon et la machine à vapeur, puis grâce au pétrole et au moteur à explosion et à l'apparition de machines solides et rustiques, développées à l'occasion de la Première Guerre mondiale. L'apparition des grandes moissonneuses-batteuses a été l'une des causes de profondes modifications du paysage agricole et rural, qui se sont notamment faites en Europe au travers des remembrements et dans les pays totalitaires via les regroupements de terres agricoles. Les moissonneuses larges et hautes ne pouvant emprunter les anciens petits chemins, tournant et manœuvrant mal, et nécessitant un sol stabilisé, leur usage n'était pas compatible avec le maintien des réseaux bocagers et de chemins, talus et mares qui les accompagnaient. Leur poids contribue par ailleurs au tassement des sols.

Un des problèmes posés par les moissonneuses modernes qui avancent beaucoup plus vite, et travaillent sur une largeur de coupe très supérieure à ce qu'elle était lors des moissons faites à la main ou avec la traction animale, est qu'elles tuent de nombreux animaux cachés dans la paille.

Constructeurs de moissonneuses-batteusMachinisme agricole

Recherche rapide
 
boxe_droite_recommander_ami